De plus en plus de patients témoignent de troubles de santé mentale en Europe. Si le nombre de malades n’a pas forcément augmenté, on assiste à une libéralisation de la parole autour de ce sujet jadis tabou. Plutôt que de souffrir en silence on va plus volontiers et plus rapidement chercher de l’aide. 

Mais alors, à qui s’adresser ? Et comment faire le tri entre les différents professionnels qui exercent ? On vous aide à y voir plus clair

Le psychiatre

En sa qualité de médecin, le psychiatre est le seul « professionnel de la psychologie » habilité à prescrire un traitement. Le rôle du psychiatre est d’aiguiller le patient vers des traitements adaptés et de superviser son traitement. Il n’est pas forcément nécessaire de consulter un psychiatre si l’on souhaite voir un simple psychologue, mais son intervention reste intéressante en cas de troubles handicapants ou non diagnostiqués, mais également lorsqu’un suivit médicamenteux est nécessaire. Si le psychiatre est à même de diagnostiquer un trouble et sera à l’écoute de ses patients, il n’endossera pas le rôle du psychologue en dispensant une thérapie de lui-même. Il ne faut donc pas confondre les deux professions.

Le psychologue

Le psychologue est un praticien diplômé d’état (Master 2) qui exerce seul ou au sein d’une équipe pluridisciplinaire, comme on en trouve au sein des CMP, ou des hôpitaux. Il peut également être recommandé par un psychiatre, c’est d’ailleurs souvent lui qui détermine le type de psychothérapie nécessaire pour un patient.

Le rôle du psychologue est de suivre son patient lors d’une thérapie et de l’aider à aller mieux grâce à la parole et à des exercices. Les psychologues ont chacun des spécialités et certains soignent avant tout des enfants ou des adolescents, quand d’autres se concentrent sur les adultes, et leurs traitements peuvent différer (psychothérapie analytique, cognitive, rapide ou longue, tout dépend du souci de départ). 

Le psychanalyste

Le psychanalyste a pour rôle d’aider le patient à s’analyser et démêler des situations diverses grâce à la parole. Le but n’est pas de traiter proactivement, mais de laisser le patient parler afin que sa parole et que son introspection puisse le soulager et l’amener à identifier certaines choses. Le psychanalyste n’a pas de diplôme d’état, mais il doit avoir été lui-même en psychanalyse, s’être formé à la psychanalyse dans une association psychoanalytique et être supervisé par un confrère analyste.

Le psychothérapeute et le coach

Les psychothérapeutes et les coachs ont en commun le fait de ne pas être titulaire de diplômes d’état. Certains ont suivis des études de psychologie, d’autres des coachings, d’autres se réfèrent à des courants de pensées spécifiques. Chacun se spécialise dans un domaine particulier et il peut être intéressant de consulter l’un d’entre eux en cas de problématique particulière, par exemple dans le domaine professionnel ou amoureux.
Attention ! Comme il n’y a pas besoin de formation particulière pour prétendre au titre de psychothérapeute, n’importe qui peut s’en réclamer. Si certains thérapeutes et coachs sont excellents, nous vous invitons à toujours vous renseigner rigoureusement avant de sélectionner un de ces professionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *