L’existence de nombreux courants psychologiques

Si l’accès aux psychothérapies s’est largement démocratisé et que le fait de consulter un professionnel de la santé mentale n’est plus stigmatisant, il est encore compliqué de faire le point entre les différentes orientations psychologiques. 

Dans l’esprit populaire, toutes les psychothérapies sont « un peu les mêmes » et certains peuvent même refuser une aide utile sous prétexte qu’ils ne souhaitent pas effectuer d’analyse ou au contraire être exposés à leurs phobies. Pourtant, en fonction des problématiques rencontrées et des questions posées par le patient, des traitements vont s’avérer plus efficaces que d’autres. Par exemple, la thérapie cognitive permet de soulager rapidement des problématiques du quotidien, quand l’analyse permet de déterminer l’origine de certains problèmes récurrents. En bref, il existe plusieurs orientations psychologiques parmi lesquelles le patient devrait pouvoir choisir en fonction de ses objectifs.

Les différentes orientations psychologiques

S’il existe des centaines de thérapies différentes et qu’il en émerge de nouvelles quasiment chaque semaine, certains courants et traitements reviennent régulièrement et ont prouvé leur efficacité, pourvu que le patient y soit réceptif !

La psychanalyse : Très prisée en Europe, la psychanalyse s’articule autour de la notion d’inconscient, véritable coffre-fort détenant la cause de la plupart de nos conflits psychiques. La psychothérapie a donc pour objectif de « déterrer » les souvenirs et les expériences afin d’y puiser la cause des difficultés et / ou du mal être rencontré dans le temps présent. En fonction des effets recherchés, le patient peut opter pour l’analyse qui lui permettra via la parole d’accéder à une meilleure compréhension de soi, ou pour une psychothérapie psychanalytique qui s’articulera autour de problématiques précises.

La psychothérapie cognitive et comportementale : La psychothérapie cognitive et comportementale part du principe que les comportements humains sont pour la plupart conditionnés et que l’interprétation que nous avons des événements compte plus que les événements en eux-même. Ce type de psychothérapie va donc trouver sa source dans le présent et va permettre d’identifier les mécanismes qui embarrassent le patient, puis de mettre en place des solutions du quotidien pour faire sauter ces mécanismes. Cette thérapie se base sur une relation active entre le patient et son psychologue qui ont tous deux une importante part à jouer dans le processus de mieux-être, voire de guérison.

La psychothérapie existentielle : À l’inverse de la psychanalyse, cette thérapie ne s’intéresse pas au passé du patient et se concentre sur l’ici et le maintenant en explorant les différentes sensations ressenties, qu’elles soient mentales ou physiques. Cette exploration permet de modifier en douceur certains schémas et certaines façons d’agir afin que le patient puisse résoudre de lui-même certaines problématiques. Le rôle du thérapeute est d’accompagner et d’aider son patient, mais en aucun cas de le diriger ou même de le guider. Très impliqué dans la relation, le psychologue existentialiste peut tout de même proposer des « exercices » à son patient par exemple de dessin ou d’écriture.


Au-delà de ces trois courants, il existe une multitude de méthodes qui peuvent inclurent la méditation, la relaxation, l’expression corporelle, l’art, l’hypnose ou encore la sophrologie et de nombreux thérapeutes font aujourd’hui le choix de mélanger les courants et les disciplines pour offrir une approche plus globale à leur patientèle, alors à vous de voir quel type de traitement et quel professionnel vous convient le mieux pour vous accompagner sur le chemin du mieux-être !

Quelle thérapie serait la plus adaptée pour vous ? Faites le test.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *