Les mécanismes de défense psychologique sont des processus mentaux automatiques. Ils s’activent de manière incontrôlée et inconsciente pour nous protéger d’émotions et de pensées négatives, qui si elles arrivaient à la conscience, créeraient de l’anxiété. une grande souffrance, voire un effondrement psychique.

Sur notre canal YouTube, Lola Cieza, psychologue clinicienne et coach, revient sur les mécanismes de défense psychologique. Dans sa vidéo, Lola se concentre sur les 6 mécanismes de défense les plus courrants.

Les mécanismes de défense psychologique

1° Le déni

Le déni consiste à refuser d’accepter ce qu’il se passe. Comme si accepter rendait la souffrance réelle. Souvent, il est utilisé quand la personne refuse de reconnaître la réalité d’un événement traumatique ou ayant provoqué une grande souffrance. Le déni permet parfois de favoriser momentanément la bonne gestion des émotions. Cependant, s’il est massif ou trop rigide, il peut alors devenir destructeur.

Par exemple, dans l’alcoolisme, pour éviter de se confronter à la réalité de sa dépendance, la personne utilise ce mécanisme de déni. Cela va lui permettre de conserver une bonne image d’elle-même.

Autre exemple: une femme n’admet pas que son mari est violent avec elle pour conserver une bonne image du mari, du couple ou d’elle même. Souvent le mécanisme de défense du déni est un héritage familial. Au sein de familles où il existe de la maltraitance ou des abus par exemple.

2° Le refoulement

Dans le cas du refoulement, des pensées, des situations ou des évènements sont effacés de la conscience. Cela peut se manifester par une absence de souvenirs.

Il est par exemple possible de ne plus se souvenir d’une partie de son enfance ou de son adolescence. Parce que la personne a été abandonnée. maltraitée, abusée ou qu’elle a souffert du divorce de ses parents.

Le refoulement puise énormément d’énergie psychique. A la longue, cela peut causer beaucoup de fatigue, d’anxiété, d’appauvrissement de la personnalité ou un renfermement.

3° Intellectualisation

Ici, la personne reconnaît intellectuellement l’existence d’un événement traumatique ou douloureux, sans le reconnaître émotionnellement. Ce qui s’est passé est reconnu mais les émotions sont inhibées. Pour éviter de faire face aux émotions que l’événement en question a provoqué, la personne commence à réfléchir, à être pragmatique.

En cas de divorce soudain, la première réaction de la personne abandonnée peut être: “Ok, beaucoup sont dans mon cas. Je dois trouver un logement, appeler le notaire et prévenir notre banquier”. Le choc de l’annonce est tellement fort que la personne n’est pas capable de gérer directement ses émotions. Elle va donc s’occuper l’esprit avec de la logistique pour éviter l’inconfort émotionnel ou la souffrance que cette annonce provoque en elle.

Autre exemple, un patient apprend qu’il est atteint du cancer. Il va se concentrer sur toutes les informations médicales, tous les détails techniques, pour éviter de ressentir les émotions liées à cette annonce de diagnostic.

4° Rationalisation

Avec la rationalisation, la personne va construire une justification logique pour réduire son anxiété face à une situation stressante provoquant des émotions négatives.

Quelqu’un qui n’a pas eu la promotion qu’il désirait va se dire “ça n’en valait pas la peine, c’était trop d’heures de travail, trop de responsabilités”.

La rationalisation permet également de trouver des circonstances atténuantes pour ses propres erreurs ou ses comportements. “Si je me suis énervé, c’est de sa faute”. Le but est de réduire sa culpabilité ou son degré de responsabilité.

5° La projection

La projection c’est attribuer à quelqu’un des émotions que l’on ressent nous-même.

Imaginons qu’une femme se regarde dans le miroir et ne se trouve pas belle. Lorsque son compagnon la regarde, elle pense qu’il se dit exactement la même chose. En conséquence, elle peut l’agresser ou être attristée. En réalité, elle ne sait pas ce que l’autre pense dans cette situation mais vu qu’elle ne se sent pas bien, elle va projeter son insécurité, son manque de confiance en elle sur l’autre.

6° Le déplacement

Le déplacement consiste à transférer une émotion que l’on ressent pour une personne vers quelque chose d’autre qui n’est pas cette personne. Il peut s’agir de quelqu’un d’autre, d’un animal ou un d’objet. On cherche ici à se décharger émotionnellement vers un sujet plus accessible, moins menaçant ou plus socialement acceptable que la personne concernée de base.

Une maman qui a un boulot stressant, avec beaucoup de pression, va potentiellement être plus intolérante et irascible avec ses enfants. Un élève qui a un problème avec son prof va déchirer ses feuilles de cours. Ou une personne qui vient de se faire quitter va transférer tout son amour sur son chien

Comment aller de l’avant?

Ces mécanismes de défense psychologique sont faits pour nous aider. Pour nous défendre. Comme une béquille sur laquelle on peut s’appuyer lorsqu’on a du mal à marcher. Le problème d’une béquille, c’est que quand on arrive à marcher seul, cette béquille peut devenir un boulet qu’il faut continuer à porter.

Si vous avez des comportements ou des situations que vous ne comprenez pas, c’est peut-être que ces mécanismes de défenses sont devenus trop rigides, trop massifs et destructeurs. N’hésitez pas à en parler à un professionel lors d’une consultation.

Websie vous accompagne dans la recherche du psychologue qui vous convient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *